Chapitre 0. Le bilan après 4 ans de combat contre la fast fashion

Bonjour, c’est Pierre & Jean.

Il y a peu de temps, nous vous avons annoncé que Gratitude allait écrire une nouvelle page : nouveaux produits, nouveaux ateliers, nouvelle communication, nouveau shooting.

Depuis le début du projet, nous avons à cœur d’être transparent avec vous. Nous allons donc vous expliquer chacune des étapes clé de ce changement, à travers une série d'articles.

Mais avant de commencer cette belle nouvelle page, il nous semblait important de dresser un bilan de ces 4 années de lutte contre la fast fashion.

Bienvenue dans l’épisode 0, le point d’étape après 4 ans de lutte contre la fast fashion.

  • Chapitre 0. Gratitude aujourd’hui : point d’étape après 4 ans
  • Chapitre 1. La conception de notre collection, l’idéation
  • Chapitre 2. La fabrication et le prototypage : de l’idée à la première version
  • Chapitre 3. Donner vie au projet : shooting et direction artistique
  • Chapitre 4. Le résultat : les nouveaux produits en lin printemps-été 2024

Si vous souhaitez être informé en avance du lancement de chaque vêtement et bénéficier du prix de lancement, vous pouvez vous inscrire sur cette page.

Partie 0. La genèse de Gratitude

On a tous les deux grandi en pleine nature, sur une île au bord de la Loire : Béhuard. Tout petits, nos week-ends étaient rythmés par des virées en canoë et la fabrication de cabanes un peu partout sur l’île.

Puis, à mesure que les années ont passé, on a été témoins de plus de pollution le long des plages qui nous ont vu grandir.

Témoins de cette situation, on a commencé à collecter les déchets avec quelques amis. Mais cela n’a pas suffit, un goût amer est apparu face à notre impuissance.

Notre vœu le plus cher avec Gratitude, c’est de faire vivre un projet qui défend la belle nature qui nous à accompagnés en même temps que nous avons grandi.

Et surtout, c’est de le faire ensemble, tous les deux. Entre frères.

Partie 1. Gratitude aujourd’hui : le bilan en chiffres

27 février 2020, nous recevons notre extrait KBIS par le tribunal de commerce d’Angers. Le début officiel du projet Gratitude, avec pour un seul et unique objectif : offrir une alternative durable à la fast fashion qui détruit et pollue.

Depuis ce jour, Gratitude c’est :

  • Plus de 10 000 personnes qui suivent et soutiennent le projet
  • Des collaborations avec 15 ateliers et fournisseurs français
  • 3 campagnes de financement participatif validées sur Ulule
  • 5 pop-up stores, dont 2 aux galeries lafayette
  • Des centaines d’emplois soutenus
  • Plus de 5 000 commandes

Merci du fond du cœur à tous ceux qui suivent de près ou de loin le projet.

Partie 2. La secteur de la mode face à de multiples obstacles

Depuis 4 ans, nous avons assisté à la fermeture de nombreuses marques textiles éthiques. Et ces fermetures, on peut malheureusement les compter par dizaines. Récemment, c’est RESAP PARIS et salut beauté qui ont annoncé la fin du projet.

Pour cause “le peu de financement externes, les difficultés économiques actuelles et les aléas de l’entrepreneuriat.”

Et récemment nous faisons face à la fermeture cette fois-ci de gros industriels français, que nous pensions en belle santé économique. Seulement en apparence visiblement. Le cas de Emmanuel Lang et puis, récemment, de Linportant, avec qui nous avons produit beaucoup de t-shirts en lin.

Nous vous proposons de creuser ces raisons, pourquoi tant de fermeture ?

Partie 3. Pourquoi tant de marques ferment boutique ?

Après de nombreuses discussions et notre expérience personnelle, nous avons identifié plusieurs raisons pour lesquelles de nombreuses marques déposent le bilan.

La première raison identifiée, c’est la marge. Si la structure des coûts dès le début du projet n’est pas viable, les fondations du projet seront fragiles et le projet va donc être déséquilibré au fur à mesure du développement.

Qu’est qu’une structure de coûts viable ? Pour faire simple, ça signifie avoir assez de marge pour couvrir ses coûts de fabrication, les salaires, l’acquisition de clients, la communication, le développement du projet et les aléas.

Pour vous donner un ordre d’idée, les entreprises de fast fashion margent aux alentours de x 8.

Toute la complexité du modèle se trouve ici.

Comment proposer des pièces de mode éthique sans y mettre des prix démesurés ?

Parce que oui, produire en France, avec des matières naturelles, avec des conditions de travail décentes, ça représente un certain prix. Prix qui n’a cessé d’exploser ces dernières années.

Pour vous donner un exemple, avec notre ancienne usine de production de chemises, chaque chemise coûtait 45-50 € HT en main d’œuvre à produire il y a 2 ans. Nouvelle annonce en septembre dernier, le prix passe à 60-65 €. Oui, oui, sans le tissu et autres fournitures.

Partie 4. Comment Gratitude rebondit face à ce constat ?

Depuis plusieurs mois, nous avons mis à plat les forces et faiblesses du projet en essayant de comprendre comment vous proposer une solution viable.

Viable pour l’environnement, pour vous, et pour nous.

Nous sommes avons du recommencer certaines étapes à 0, comme rechercher de nouveaux partenaires.

Un besoin de renouveau tant sur un plan économique que personnel.

Créer une marque, c’est un projet de vie, et dans toute étape importante de la vie, il faut savoir prendre du recul pour faire des choix et évoluer.

La nouvelle collection renouveau sort en avril, si vous souhaitez être informés en avance, c’est ici : vous pouvez vous inscrire sur cette page.

 

4 commentaires

Un grand merci pour votre démarche depuis 4 ans et votre transparence pour la suite. C’est vraiment frustrant de voir combien il est difficile pour des entreprises comme la votre de se frayer un chemin soutenable dans la jungle de cette industrie. Très heureux et très fier de vous avoir soutenu et je continuerai à le faire avec plaisir.

JP Rondeau 03 avril 2024

La 1ere question a se poser, c’est celle du marché. Être missionnaire à un coût.
Aujourd’hui la facilité de choix pour le consommateur c’est le combo style, prix facilité d’achat.
Dès lors que votre production n’atteint pas les volumes suffisants pour générer une marge correcte et vitale, votre levier de rentabilité passera par le prix de vente et donc une sélection des clients par le prix. Dès lors l’exigence client sera plus élevée et votre modèle fortement challenge.
En tout cas bravo pour votre volontarisme, ce monde n’est pas angélique. L.’achat français est haut dans les intentions et faible dans les actions…

Bellemin 26 mars 2024

Je suis ravie que vous ayez trouvé comment continuer…. Et de la plus belle des façons
Je vous ai acheté plusieurs pièces ces dernières années, pour offrir et pour moi même, la qualité est parfaite. On est heureux de pouvoir se faire belles ou beaux sans abîmer notre environnement et sans exploiter ceux qui fabriquent nos vêtements. Un très grand merci à vous, Ghislaine

Deklunder 25 mars 2024

Merci pour votre acharnement à trouver des solutions pour un futur viable pour tous…

Chevallier 25 mars 2024

Ecrire un commentaire